Amusez-vous bien

Si ses dossiers sont une indication, Al Vert est un homme troublé, non, hanté. Imaginez les afflictions spirituelles qui ont suscité le thème de 'Keep Me Cryin'', le dernier single de Green et une chanson de Amusez-vous bien : 'Eh bien, j'ai fait plaisir à tout le monde/Mais je ne pouvais pas plaire à la foule/Alors je me suis mis à genoux et j'ai dit/Père, ne voudrais-tu pas me vider la tête/Ils me font pleurer tout le temps.' Ce qui rend la chose encore plus étrange, c'est la base de la chanson : un rythme vif surmonté d'un alto doux et des fanfares de trompette cuivrées remplaçant les cors de Memphis, généralement sombres et maussades. D'une certaine manière, les contradictions apparentes entre le ton et le thème fonctionnent, et 'Keep Me Crying' est l'un des grands singles d'Al Green de ces dernières années.

Après le relativement aventureux Al Green est l'amour , Green et le producteur Willie Mitchell sont retournés sur un territoire plus conservateur l'année dernière Plein de feu et encore sur Amusez-vous bien. L'annonce récente d'Al qu'il a l'intention d'introduire la religion dans sa musique n'a apporté aucun changement appréciable. Bien sûr, il y a trois chansons gospel ici, y compris la merveilleuse coupe du titre de Sam Cooke / Soul Stirrers, mais trop souvent, Green et Mitchell se rabattent sur des stratagèmes d'albums précédents, y compris un autre pleureur de country-soul, 'Nothing Takes the' de Toussaint McCall. Place of You », qui n'atteint pas la mélancolie austère de l'original. Vers la fin de la face deux Green crows, « I’m happy », mais c’est « Something », sur la face un, qui donne vraiment le ton de cet album : « Something is doggin’ me…. Quoi qu'il en soit, je ne peux pas le laisser tranquille.